• Il s'était passé environ une quinzaine de minutes depuis qu'il m'avait avoué cela. Je ne trouvais plus mes mots. J'étais pourtant née comme tous les autres enfants de mon entourage -du moins c'était ce que j'avais toujours pensé-, et là d'un seul coup j'apprend que je ne suis pas "humaine". A cette pensée, mes pensées se troublèrent et ma tête commençait à me faire mal. Je ne voyais plus rien, c'était le néant...

    ~ 2 mois se sont écoulés ~

    Je me réveillai en sursaut, toujours le même rêve depuis le bal, était-ce un rêve ou la réalité ? Je ne m'en souviens pas. J'avais peut-être trop bu et du coup m'étais mise à imaginer des choses bizarres. Mais ce garçon avait l'air bien réel. Cependant c'était impossible, car j'avais appelé Tiffany -ma meilleure amie- le lendemain matin et elle m'avait assurée que la soirée c'était très bien passée et qu'elle pensait même avoir rencontré son prince charmant (c'est toujours ce qu'elle dit). Le réveil retentit : il était 7:00. Nous étions lundi et je devais aller au lycée ; aujourd'hui c'était la rentrée. Je me levais et m'étirrai avant de me diriger vers la cuisine. Je me fit un petit déjeuner et le dégustai tranquillement en regardant les infos. Puis, je me dirigeai vers la salle de bain où je commençai à me préparer. C'était la rentrée, alors je devais paraître resplandissante ! J'enfilais la nouvelle robe que j'avais acheté pendant les soldes et me maquillais légèrement pour ne pas en faire trop. Une fois cette étape finie, je pris mes affaires et sortie de chez moi. Tiffany étais déjà garée en face de chez moi avec sa décapotable habituelle ; je montai.

    « Hey ! me salua-t-elle

    - Salut, comment se sont passées tes vacances ?

    - Bien ! A part que tu sais le type, et ben c'était juste un gros c**. Il m'a largué après seulement cinq jours ! Tu t'en rends compte ??! Jamais aucun mec ne m'a autant pris pour une vulgaire chaussette.

    - Je te l'avais dit.

    - A partir de maintenant, j'écouterai tes conseils ! Ça m'évitera de me payer la honte de ma vie.

    - Tu dis toujours ça .. soupirai-je »

    Une fois sur le parking du lycée, elle gara la voiture et nous descendîmes. Les gens nous regardaient pendant tout notre trajet jusqu'aux portes comme d'habitude. Et bien sûr, on se fit accueillir par les flashs de Victoria, suivit de ses questions. Elle était la journaliste du lycée, c'est elle qui s'occupait du journal de l'école, Tous les élèves se rendirent vers le gymnase pour le discours habituel du proviseur,

    Après 2 heures de monologue, ils nous libérèrent enfin, On se dirigea alors vers nos salles de cours respectives, Je n'arrivais pas à me concentrer, son visage me revenait sans cesse, C'est alors que là, dans le couloir, je le vis, Lui, que j'avais tant chercher, ses cheveux ainsi que son visage étaient les mêmes, Je m'étais figée au milieu du couloir, le regardant sans comprendre, Il se retourna, me vit, puis me sourit avant de se diriger dangereusement vers moi ...

     

     Bonsoir !! Voici enfin la suite de ma fiction. Il est assez court désolé, je n'ai pas eu le temps de plus développer mon histoire. Et si vous avez remarquez, le titre est assez trompeur puisqu'on ne sait pas encore qui est Krystal. Dans ce chapitre il y a la "réapparition" de Robert, sauf qu'il à l'air un peu bizarre. Je me demande ce qu'il se passe, pas vous ?? Bref, tout ça dans les prochains chapitres !!

     

                                                                                                                                                                                                                                                          Sakura


    votre commentaire
  • Heyy !! Je viens de terminer quelques dessins que je voulais vous montrer et j'espère qu'ils vous plairont ! ;)

     

    Manga d'Asagiri n°3

    Manga d'Asagiri n°3

                                                                                                                                           Asagiri

     


    votre commentaire
  •  

    Aujourd'hui, c'est Halloween, et pour être dans l'ambiance, voici une petite histoire à vous en glacer le sang.

     

    Je vais vous raconter mon histoire. Personne ne m'a cru, et peut-être que vous non plus. 



    Je m'appelle Lucas, j'ai 15 ans. Je vis avec ma mère car mes parents sont divorcés, mon père habite lui, dans un petit appartement. Ce week-end là, j'allais dormir chez mon père. Mon père m'accueille, je le prend dans mes bras puis je rejoins la petite chambre qu'il avait préparé pour moi. La chambre était très bien éclairée par une petite lampe de chevet, les murs était habillés d'un papier peint beige assez ancien, et mon lit était contre le mur. La journée s'est déroulée merveilleusement bien, mon père et moi étions sorti toute la journée, il avait rencontré une jeune femme. Ils ont discuté et même échangé leur numéro ! Il ne peut pas s'en empêcher celui-là ! Elle s'appelait Elise je crois, et ils se sont donnés rendez-vous le soir même ! J'y crois pas, je ne le vois qu'une fois par mois et il décide de sortir avec une énième fille rencontrée au hasard. Bon il fait ce qu'il veut, je suis grand et je peux rester à l'appartement.



    Le soir arrive, mon père m'a fait des pâtes, il m'embrasse en me disant qu'il ne rentrera pas trop tard. Il est 20h lorsqu'il part. La nuit était déjà tombée. Je m'assois à table seul, et commence à manger mes fameuses pâtes devant la télé. Soudain j'entends timidement un bruit provenant de la chambre de mon père. Je me suis dis que c'était sans doute des enfants qui criaient par la fenêtre, je continue mon repas. Quelques minutes plus tard, j'entends un coup provenant du mur de la chambre de mon père. Je m'inquiète un peu, puis j'allume la lumière du couloir et m'aperçois que la porte de la chambre de mon père était entre-ouverte, il faisait noir à l'intérieur. J'avance dans le couloir jusqu'à la porte, je glisse lentement ma main à l'intérieur en tâtant le mur pour allumer la lumière. Ma main toucha quelque chose de dur et plat, je me dis que c'est l'interrupteur jusqu'à ce que « l'interrupteur » bouge et semble attraper mes doigts. Je pousse un énorme cri, je recule d'un grand pas, je perds l'équilibre et chute. Je rampe presque à terre sur mes fesses. Je cours vers la cuisine, je saisi un couteau de cuisine pour me défendre s'il y a quelqu'un dans l'appartement. Je rejoins la chambre et entre en criant « Montrez-vous ! » . Pas un bruit dans l'obscurité troublante. Je trouve l'interrupteur et allume la lumière qui d'un flash éclatant illumine toute la salle. Mais rien à part le son des aiguilles de l'horloge de mon père que j'entends à nouveau. Je me sens un peu bête avec mon couteau dégainé et prêt à poignarder tout ce qui bouge. J'esquisse un sourire béat puis je sors en éteignant derrière moi. Je pars ranger l'arme dans la cuisine puis je rejoins le salon pour débarrasser mon assiette. Tout à coup, j'entends un énorme coup qui fait trembler le verre d'eau posé sur la table. Le vacarme provenait bien de la chambre de mon père ! Un froid glacial parcourt mon dos, je suis tétanisé, je suis médusé, là, dans mon salon, regardant avec mes grands yeux le sombre couloir qui mène à la chambre maudite de mon père et la mienne. Je me suis dis que c'est IMPOSSIBLE ! C'est cliché : un garçon seul qui entend des bruits étranges. On dirait une histoire de fantôme pour gosse de 10 ans. Je ressaisis le couteau de cuisine, puis je cours vers la chambre décidé à découvrir ce qui cloche dans cette chambre. J'entre et allume la lumière. Rien. Je commence à regarder sous le lit: rien à part de la poussière. J'entends une petite mélodie provenant d'une boîte à musique qui vient de l'armoire de mon père. Je fixe le meuble en bois qui continue à émettre la musique macabre. Quelques secondes plus tard, la musique s'arrête. Je m'avance lentement, mon couteau à la main, vers le grand meuble doté d'un miroir sur la porte dans laquelle je me vois tout pâle. J'approche ma main tremblante vers la poignée de la porte, puis je tire d'un coup sec et net. Mon cœur battait à 2000 à l'heure. Qu'y avait-il dedans ? Un voleur ? Un Tueur ? Autre Chose ? Je voyais une ombre derrière les vêtements qui pendaient. D'un mouvement de bras, je balaye tout les vêtements pour démasquer l'ombre mystérieuse...



     

    « BOUH » crie mon père, Quel idiot !!!!!!!! LA PEUR DE MA VIE. « Ahahahah je t'ai bien eu Lucas ! » criait-il en s'étouffant de rire. « T'es pas drôôôôle ! Tu m'as foutu une de ces trouilles ». On rejoint le salon. Je lui fais un peu la tête, il me dit « Roh c'est bon, c'était une petite blague, Elise m'a posé un lapin alors je me suis dis que j'allais faire une petite blague à mon Lucas ». Je finis par sourire. On se met à faire des mots croisés comme à l'époque de mes 10 ans. Des heures passaient, on avait presque fini la grille sauf quelques uns auxquels on était bloqué. On part alors se coucher.



    Le lendemain, je me lève, puis rejoins mon père en train de déjeuner dans le salon. Je me fais un bol de céréales et m'installe à table, puis je découvre la grille des mots croisée terminée. « Ah t'as réussi à la terminer ? », « Non je ne l'ai pas finie , je pensais que c'était toi ».Un froid glacial parcourt de nouveau mon dos. Les yeux de mon père expriment une peur intense qui ne rassure pas du tout. Il y avait quelqu'un d'autre dans l'appartement avec nous...

     

                                                                                                                                                                                                                 A.P

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires